CAMERTON

BINOM-ER

5.490 €

Casque planar-magnétique ouvert. Conçu et fabriqué à Berlin.

En démo à l'auditorium début mai 2022.

Sur commande uniquement.

Camerton est un fabricant d’enceintes situé à Berlin. Son créateur - Oleh Lizohub, a oeuvré plusieurs années au sein de la marque Voxativ en qualité d’ingénieur en chef. Puis il lance sa propre marque en 2019 pour développer un haut-parleur innovant, à la fois plan et large bande, faisant appel à des matériaux composites et naturels. Du moteur au haut-parleur, tout est usiné « maison » des mains mêmes de M. Lizohub. Un véritable sacerdoce. Début 2022, Camerton lance son premier casque à technologie planar-magnétique. Ici aussi, on reconnaît les affinités électives de Camerton pour des conceptions partant d’une feuille blanche, faisant appel à des mises en oeuvre étonnantes (métallurgie des drivers, connectique des écouteurs). La filiation de la restitution du casque avec celle des enceintes est ici évidente.

Tout en ayant le volume et l'allure de beaucoup de casques, le poids du Camerton Binom-ER est dans la moyenne basse du marché. 400 grammes et quelques. Ici pourtant, pas de bandeau évidé ou de matériaux "plastoques". La finition du Camerton emprunte clairement au monde du très haut de gamme en mariant des composants de la plus belle facture : aluminium anodisé noir au fini dense et irréprochable, cuir Nappa pour les pads, bandeau recouverts d'Alcantara. Nous devons la légèreté du Binom-ER à des transducteurs en carbone encapsulés dans des écouteurs au profil incroyablement fin. Pas même les câbles (deux sont fournis) ne viennent alourdir l'ensemble ; Des câbles minces, poids plume et très souples qui se terminent par des prises USB-C à connecter aux écouteurs. On devine vos pensées : des USB-C, comme en informatique ? Ne vous méprenez pas sur ce détail. Nous sommes bien en présence de câbles à la métallurgie audiophile mais ils sont dotés d'une connectique USB-C dont le bénéfice est double et bien connu. Elle est fine et légère ce qui constitue un atout dans la chasse faite au poids. Et surtout, cette connectique est capable de convoyer deux signaux en même temps. Dans le câble en Y fournit pour l'écoute sédentaire, chacune des deux USB-C transporte les signaux analogiques gauche et droit (on répète, analogiques) de sorte qu'il est indifférent de connecter une USB-C à l'un ou l'autre écouteur. Impossible de se tromper. Ce sont les écouteurs qui font le tri. Vous n'aurez plus qu'à respecter les repères G/D sur le casque. Autre atout, le confort en écoute nomade. En effet, un câble supplémentaire est fourni pour une écoute en balade et il ne compte... qu'un seul faisceau se terminant bien entendu par une connectique USB-C. Parfait pour associer le Camerton à un DAP et ne plus s'embarrasser des enchevêtrements de câbles. L'écoute nomade, un DAP... voilà une excellente entrée en matière pour évoquer la versatilité du Camerton. Sa sensibilité et son impédance permettent de driver le Binom-ER avec virtuellement tout ce qui joue de la musique. Évidemment, on ne saurait que trop vous recommander d'associer ce bijou avec la crème de l'amplification mais pour notre part, un Lotoo S2 a suffit à le faire chanter sans problème. Le Binom-ER livrera sa splendeur dès les premiers crans de votre potentiomètre.
  • Type : Planar-magnétique
  • Transducteurs : Carbone, diamètre 98mm, membrane PET, aimants Néodyme
  • Impédance : 42 ohms
  • Sensibilité : 94 dB/mW
  • Bande passante : 8 Hz - 51 kHz
  • THD < 0.01% @ 94 dB
  • SPL max > 135 dB
  • Chassis :  Aluminium, Alcantara
  • Pads : Cuir perforé
  • Câbles : OFC cryogénisé. 2.5m avec terminaison 6,35mm, 1.2m avec terminaison 3,5mm
  • Accessoire : Étui de transport rigide
  • Poids : 415 gr hors câble
Le monde de l'écoute au casque comprend quelques références dans le segment ultra high-end, des références que l'on peut compter sur les doigts d'une main. Le Camerton Binom-ER arrive "comme une fleur" dans cette catégorie. Certes, c'est le premier casque de la marque berlinoise mais c'est un coup de maître qui n'est pas étranger au talent de son concepteur en matière de transducteurs. La bande passante du Binom-ER s'étend de 8Hz à 51kHZ. Évidemment, les limites auditives sont largement dépassées mais une réponse en fréquences aussi étendue permet de libérer le message musical. Les fondations infra-basses sont bien là et délivrent une sensation d'impact, une sensation explosive quand l'impose la partition d'un morceau. Les aigus filent vraiment très haut mais pas de façon constante et maladive. Simplement, le Binom-ER a la capacité de restituer une vibration de cymbales haut perchées, la note saturée d'un Cuivre ou une attaque incisive de corde comme elles sont souhaitées par les interprètes. On sent ainsi beaucoup de liberté dans l'interprétation. Rien n'est jamais arrondi ou dénaturé. On est dans une expression vivante de la musique. Dans cet étirement généreux de la bande passante, le Binom-ER nous a paru linéaire, sans récessions ou boursouflures particulières. La restitution s'écoule de façon pleine et cohérente entre les deux extrêmes. Mais tout en remplissant le cahier des charges de la linéarité, le Binom-ER ne se montre ni scolaire ni ennuyeux. Les restitutions sont toujours contrastées et cela, nous le devons à une résolution et à une spatialisation magistrales qui n'est pas sans bousculer quelques idées préconçues sur la restitution d'un casque, même très haut de gamme. Le Binom-ER est un casque très résolvant. Une foule de détails se révèle entre les notes et dans chaque partition. Le Camerton n'empreinte cependant rien à ces résolutions analytiques qui finissent par vous tordre les oreilles et le cerveau. Sa résolution et sa transparence sont d'un genre civilisé, toujours au service de la véracité musicale. Il présente la musique avec naturel et comme un tout, plutôt que de faire une présentation découpée au cordeau. Ainsi, le Binom-ER, tout résolvant qu'il est, n'est jamais fatiguant. Mais en parlant de musicalité et d'écoute relaxante, n'allez surtout pas croire que le Binom-ER est un casque qui privilégie le registre de la musique Classique. Il déroule tous les genres sans se départir de sa maîtrise. Simplement, il n'est pas tapageur. Il sonne juste, sans ces effets de projection que l'on rencontre souvent à l'excès dans l'univers du casque orthodynamique. On vous a gardé la spatialisation du Binom-ER pour la fin. En largeur, les interprètes jouent bien au-delà des oreilles, ce qui est bien le minimum pour un casque haut de gamme. Ce qui distingue le Camerton réside surtout dans la profondeur et le relief de sa restitution. Les partitions sont positionnées devant vous avec des points d'émissions localisés dans un espace en 3 dimensions. L'image est captivante. Les partitions sont cependant liées les unes aux autres. C'est d'ailleurs une sensation très étonnante que de pouvoir dessiner une image avec autant de précision et dans le même temps, donner la sensation d'un ensemble liquide et homogène, d'une scène emplie de musique. L'un de nos visiteurs découvrant le Binom-ER en avant-première, a eu ce témoignage très juste pour qualifier la scène du Camerton : "Comme une écoute d'enceintes near-field". Nous voilà donc en présence d'un très grand casque. Il a beau faire ses premiers pas dans le monde très sélectif de l'ultra high-end, ce Camerton se montre déjà doué d'une grande maturité. Il met toujours sa technicité au service de l'émotion et de l'authenticité. Et c'est là que le talent de concepteur d'enceintes d'Oleh Lizohub fait la différence. On n'écoute plus le matériel mais la musique, dans un espace musical qui dépasse les limitations habituelles du casque. Tant mieux. Qu'importe le châssis, pourvu qu'on ait l'ivresse.

Articles vus récemment